« Programme DES» : le BMN accompagne les petits producteurs du Gouloumbou dans la modernisation des techniques de culture de banane

Dans la cadre du « Programme « Développer l’emploi au Sénégal (DES) », financé par l’Union Européenne et délégué à l’AFD, le Bureau de Mise à niveau a jeté les bases d’une modernisation de la culture de banane dans le Gouloumbou (région de Tambacounda) à travers un accompagnement de 05 GIE regroupant 122 producteurs dont 50 femmes.

L’accompagnement a été menée sous le format de la mise à niveau sectorielle, un modèle d’appui du BMN qui permet d’adresser rapidement des problématiques communes à un groupe de petites entreprises évoluant dans le même secteur d’activité et souvent situées dans une même localité. Il s’agit là de petits producteurs de banane confrontés principalement à un problème de productivité marquée par des rendements faibles de 12 tonnes/ha en moyenne contre une référence de 36 tonnes/ha.

La solution apportée à chacun des 5 GIE est l’élaboration et l’appui à la réalisation d’un plan de mise à niveau portant sur l’installation d’un kit d’irrigation par aspersion de 5 ha et le renforcement de capacités en techniques d’irrigation, de production, de gestion comptable financière. La réalisation de ces investissements matériels (kit d’irrigation) et immatériels (formation et coaching) d’un coût global de 137,5 millions CFA (soit 27,5 millions par entreprise) a permis aux entreprises de doubler leur rendement dès la première campagne avec des gains de productivité de plus de 2 millions FCFA par ha. L’objectif visé est d’arriver à des rendements de 36 T/ha avec des possibilités de passer à l’extension des surfaces prévue à travers le dimensionnement de la pompe et du réseau primaire du système d’irrigation.

Aussi, faut-il signaler que c’est un système automatique qui permet de transférer la main d’œuvre jadis consacrée à l’irrigation vers des opérations d’entretien tels que le désherbage, la fertilisation. En effet, avec ce système d’irrigation, il faut seulement 2,5 heures de temps pour couvrir les besoins en eau d’une plantation de 1 ha de banane ce qui représente des gains importants en consommation d’énergie pour faire tourner la pompe.

La réplication de cette expérience à l’échelle de tout le bassin du Gouloumbou et au niveau d’autres zones de production (Casamance par exemple) devrait permettre de combler le gap pour l’atteinte de l’autosuffisance en banane. Pour rappel, la production de banane du Sénégal est estimée à 36.000 Tonnes pour des besoins annuels de l’ordre 60.000 Tonnes. 

https://www.youtube.com/watch?v=kO4Z0RpGSRA&feature=youtu.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *